L’éducation dans les zones de crise

Priorité doit être accordée à l’éducation, y compris dans des situations de crise – car elle constitue, entre autres, un moyen effectif de protéger les enfants.

30.01.2017
Dans des Etats fragiles et touchés par des conflits, en moyenne 36% des enfants ne vont pas à l’école. Et ce, bien qu’ils aient plus que jamais besoin d’un environnement stable et d’un espace protégé, tel que la salle de classe le leur offre, surtout lorsque la situation est critique.

Donner la priorité à l’éducation dans toutes les interventions humanitaires garantit non seulement que les enfants puissent continuer d’étudier et de se développer, elle constitue aussi une mesure efficace pour les protéger. A l’école, ils risquent moins souvent d’être victimes de violences, d’abus et d’exploitation (p. ex. travail forcé, trafic d’enfants ou recrutement par des bandes armées). Le train-train habituel de la salle de classe donne aux enfants un sentiment de sécurité et de stabilité, même en situation de crise aiguë, et les aide à surmonter les événements traumatiques auxquels ils ont assisté. Les cours offrent en outre un cadre idéal pour l’apprentissage de l’hygiène et la sensibilisation à des thèmes tels que la santé, l’alimentation, la sécurité ainsi que le comportement à adopter pendant et après une catastrophe. Ces instructions permettent de sauver des vies lors de catastrophes.

Save the Children

Néanmoins, dans le monde, seul 1% du budget global dédié à l’aide humanitaire est affecté au secteur de l’éducation dans des situations de crise. Au cours des dernières années, les fonds alloués à l’éducation dans le domaine de la coopération au développement sur le long terme ont été réduits de 10%.

Save the Children veut que les choses changent et que tous les enfants – y compris ceux qui vivent dans des Etats fragiles et touchés par des catastrophes naturelles – puissent avoir accès à une éducation de haute qualité.

Plus amples informations sur l’éducation dans des situations de crise: