Syrie: les intempéries menacent les enfants dans les camps de réfugiés

Les intempéries et le froid menacent les enfants dans les camps de réfugiés de la province d’Idlib.
Syrien Überschwemmungen

11.01.2019

Save the Children s’inquiète pour la santé de plus de 11 000 enfants dans les camps de réfugiés de la province d’Idlib, au nord-ouest de la Syrie, qui subissent l’hiver de plein fouet dans leurs habitations de fortune. Suite aux inondations, de nombreuses familles sont coupées du monde extérieur et le nombre de malades augmente.

«Dans les camps de réfugiés, les conditions de vie sont déplorables», déclare la directrice de l’aide d’urgence pour la Syrie, Sonia Khush. «Les familles ne disposent que du strict minimum pour se protéger des températures glaciales. Les personnes malnutries et les petits enfants sont particulièrement menacés par les maladies cet hiver.»

Violentes chutes de pluie et nouvelle flambée de conflits armés

Dans les camps de réfugiés d’Idlib, les violentes chutes de pluie et les crues soudaines ont emporté les tentes et les réserves de nourriture. Les familles sont prisonnières des camps inondés, des écoles ont dû être fermées. Coupés du monde extérieur, les gens ne peuvent plus se rendre dans les centres médicaux. L’embrasement de nouveaux conflits armés empêche d’apporter l’aide humanitaire d’urgence nécessaire.

Les bénévoles sur place parlent de milliers d’enfants dans des tentes trop légères ou dans des maisons sans portes ni fenêtres à être particulièrement menacés par la maladie. Ces dernières années, il est déjà arrivé que des enfants meurent de froid dans les camps de réfugiés de Syrie – face au 1,5 million de personnes déplacées qui vivent dans la région d’Idlib et qui manquent de couvertures, de logements et de mazout, le risque est grand de voir la situation encore s’aggraver.

«De nombreux enfants soignés dans les centres médicaux que nous soutenons, souffrent d’otites et d’infections oculaires et respiratoires» déclare la directrice de l’aide d’urgence de Save the Children, Sonia Khush. «Il y a également de nombreux cas d’anémie, car un grand nombre de femmes enceintes et d’enfants n’ont pas accès à une nourriture suffisamment nourrissante.»

Idlib, un million et demi de personnes déplacées

Le conflit en Syrie a déjà fait fuir des millions de personnes. La moitié des trois millions d’habitants d’Idlib a déjà dû fuir les violences au moins une fois. Cette province fait partie des régions comptant la plus forte concentration au monde de personnes déplacées, accueillant au total 317 camps et hébergements de réfugiés.

Save the Children s’inquiète face à la récente flambée des combats à Idlib, dont les conséquences se font immédiatement sentir sur les plus faibles. La zone démilitarisée, aménagée l’année dernière le long de la ligne de front par la Russie et la Turquie, a permis jusque-là d’éviter une vaste offensive militaire. L’accord doit cependant être totalement mis en œuvre, car toute escalade du conflit signifierait le départ de milliers de familles supplémentaires.
 
Première tempête de neige de l’année sur le Liban voisin

Au Liban, pays voisin, des milliers de réfugiés syriens sont également à la merci de l’hiver. La première tempête de neige de l’année s’est abattue sur le pays et 50 000 familles installées dans des camps de réfugiés informels sont menacées par les inondations. Mercredi 9 janvier, 66 de ces campements de fortune étaient déjà complètement inondés.