Valeria Kunz entre au Comité du RECI

Valeria Kunz est Head of Education auprès de Save the Children Suisse. A ce poste, elle ne s’occupe pas seulement des projets, elle utilise aussi des contacts et des réseaux pour échanger régulièrement des idées. Début juin, elle a été élue au Comité du RECI, le Réseau suisse Education et Coopération internationale. Dans cet entretien, elle évoque sa nouvelle tâche, ses visions d'avenir et ce qu’elle apprécie particulièrement dans son travail. 
Valeria Kunz

16.07.2019

Madame Kunz, vous venez d’entrer au Comité du RECI, le Réseau suisse Education et Coopération internationale. Que signifie pour vous cette nouvelle tâche?
Elle est très importante pour moi, mais aussi pour Save the Children Suisse. Depuis le début de ma carrière dans la coopération internationale, je suis membre du RECI et, grâce aux échanges professionnels avec des collègues d’autres organisations, j’ai appris énormément de choses pour mon travail dans le domaine de l’éducation. Le fait que, maintenant, je puisse représenter Save the Children au Comité du RECI, et donc, aussi contribuer encore plus intensivement au travail stratégique et technique au sein du RECI, me réjouit tout particulièrement. 
 
Avez-vous déjà des visions d’avenir que vous souhaiteriez concrétiser dans le cadre de votre nouvelle activité? 
En tant qu’organisation de défense des droits de l’enfant, Save the Children poursuit une approche globale de l’éducation: un enfant n’est en mesure d’apprendre et de se développer que si d’autres droits, tels que le droit à la santé, à la nourriture et à une protection, sont remplis. C’est pourquoi nous devons  aussi intégrer d’autres thèmes et j’aimerais faire connaître davantage cette approche au sein du RECI.  
 
Comment comptez-vous aborder ce thème?
Pour moi, en tant que représentante d’une ONG internationale, la valeur ajoutée de Save the Children réside surtout dans le fait que nous pouvons apporter au RECI les expériences faites dans notre travail professionnel et politique dans le monde entier. Par exemple, le RECI élabore actuellement des recommandations sur la manière dont nous pourrions rendre encore plus efficaces les mesures de formation continue pour les enseignants dans nos projets éducatifs. Or, Save the Children a récemment mis au point des recommandations similaires en se basant sur ses expériences globales. Je peux désormais les introduire au sein du RECI dans les échanges avec mes collègues.
 
Vous êtres Head of Education auprès de Save the Children Suisse. Qu’est ce qui vous tient le plus à cœur dans ce travail et quels sont vos objectifs? Y a-t-il un événement spécial qui vous ait particulièrement marqué?
Chaque enfant a droit à une éducation. Et chaque enfant a la curiosité et le besoin naturel d’apprendre. Pourtant, dans le monde, l’accès à une éducation de bonne qualité est encore refusé à des millions d’enfants. Cette situation me motive chaque jour à créer, avec mes collègues de Save the Children sur le terrain et en collaboration avec les enseignants, les parents et les autorités, des conditions cadres appropriées pour permettre aussi à la plupart des enfants défavorisés d’étudier. L’éducation ouvre en effet de nouvelles perspectives, et elle est la clé d’un développement social pacifique et en connaissance de cause. Lorsque, au cours de mes voyages, je demande à des enfants et des jeunes vivant dans des contextes difficiles, p. ex. dans des camps de réfugiés, ce qui leur manque, ils citent généralement l’éducation en premier. Pour eux, l’éducation est essentielle à leur survie!
 
Dans quelle mesure votre activité au sein du Comité du RECI soutient-elle votre engagement pour l’éducation des enfants? 
En Suisse et dans le reste du monde, Save the Children s’engage au niveau politique pour le respect des droits de l’enfant, dont le droit à l’éducation pour tous. En collaboration avec d’autres organisations et le RECI, nous avons beaucoup plus de poids pour le faire. Je suis en outre convaincue que nous pouvons encore continuer de nous améliorer au moyen d’échanges d’expériences ouverts par le biais des différentes organisations, et ainsi, nous rapprocher de notre objectif commun, l’accès à une éducation de qualité pour tous les enfants.