Les inondations dans les Balkans menacent la santé publique

Les Balkans sont frappés par les pires inondations depuis plus de 120 ans. Des contrées entières sont dévastées, de nombreuses villes ont été coupées en deux par les flots déchaînés. En Bosnie-Herzégovine, un tiers des terres sont sous les eaux. Save the Children fournit son aide.



22.05.2014
Les inondations en Bosnie-Herzégovine, en Serbie et en Croatie ont été déclenchées par de violentes chutes de pluie: en l’espace de trois jours, il a plu autant que durant un mois de mai normal. Selon les informations fournies par le gouvernement bosniaque, les pluies incessantes ont causé un déferlement des eaux tel qu’on n’en avait pas vu depuis 120 ans. Deux millions de personnes ont été touchées, dont 500 000 enfants. En Bosnie-Herzégovine et en Serbie, au moins 40 personnes ont perdu la vie. La catastrophe a atteint tout particulièrement les Roms, qui vivent généralement dans des conditions très précaires. Il ne disposent ni d’eau potable, ni de nourriture et ne bénéficient d’aucune protection.

Save the Children aide sur place

«Nous sommes surtout préoccupés par la sécurité et la santé des enfants. Nous nous concentrons avant tout sur les enfants et les familles qui vivent dans des abris provisoires ou dans la rue et ne sont aucunement protégés des flots et de la pluie», explique Andrea Zeravcic, directrice de Save the Children Bosnie-Herzégovine et Serbie.
Save the Children soutient l’aide d’urgence en Bosnie-Herzégovine et en Serbie en fournissant des bateaux, des pompes, des générateurs, des sacs de sable et des vêtements de pluie. En collaboration avec les gouvernements locaux, nous distribuons des vivres aux familles concernées et à leurs enfants.

De l’argent plutôt que des dons en nature

La situation en Bosnie-Herzégovine et en Serbie menace de se transformer en une crise sanitaire publique. Les autorités mettent en garde contre les épidémies qui pourraient se produire et contre les mines antipersonnel qui sont remontées à la surface. Save the Children réclame donc de l’argent plutôt que des dons en nature. Cela permettra en effet à nos équipes d’intervention sur place de fournir une aide directe. Grâce à l’achat de vivres dans les zones concernées, non seulement nous économisons les frais de transport et de logistique, mais nous encourageons aussi l’économie locale.

Ce n’est que grâce à votre aide que nous pouvons soutenir des enfants en Bosnie-Herzégovine, en Serbie et partout dans le monde lors de situations d’urgence ou de catastrophe. Aidez-nous à les aider!