10 bons conseils pour les adultes

Les enfants doivent assimiler émotionnellement les témoignages et les images bouleversantes documentant des conflits armés ou des catastrophes. Comment les aider à gérer de telles situations? Nous vous proposons quelques conseils.
Syrian refugee children in Iraq
Lors de conflits ou de catastrophes, les médias publient ou diffusent des photos ou des reportages qui troublent les enfants – pas seulement ceux qui vivent à proximité immédiate de ces foyers de violence. Les enfants cherchent des explications concernant ces images accablantes et s’adressent souvent aux adultes en leur posant des questions délicates: «Est-ce que ça ira bientôt mieux? Pourquoi c’est arrivé? Et les enfants sur place, comment ils vont?»

Souvent, il est bien difficile de répondre à ces questions. Notre expérience de longue date dans des situations de crise ou de catastrophe nous a permis d’établir une liste de conseils pour les adultes. L’importance des différents points énoncés varie en fonction de l’âge, de l’expérience et de l’environnement concret des enfants.

1. Limitez leur consommation médiatique

Alors qu’il est essentiel que les adultes s’informent, des images et des articles peuvent troubler les enfants et les angoisser. Les photoreportages, notamment les reportages télévisés, peuvent, en particulier, déstabiliser les plus jeunes. Ils ne comprennent pas que ces images et ces reportages sont diffusés en boucle. Ils perçoivent cette répétition comme s’il s’agissait, à chaque fois, d’une nouvelle catastrophe qui se serait produite. C’est la raison pour laquelle il faudrait limiter la consommation médiatique des enfants.

2. Ecoutez patiemment et attentivement les enfants

Avant de répondre aux enfants, vous devriez d’abord vous faire une idée aussi précise que possible de ce qu’ils ont compris et ce qui a motivé leurs questions. Un stress émotionnel apparaît notamment lorsque des enfants ne peuvent pas s’expliquer certains événements traumatisants. Essayez de découvrir ce qu’ils ont saisi. Les connaissances d’un enfant dépendent de son âge et de ses expériences passées dans des situations de crise ou de catastrophe semblables. Discutez-en avec les enfants, afin qu’ils puissent arriver à une compréhension globale et correspondant à leur âge, et qui réponde à leurs préoccupations sous-jacentes.

3. Rassurez les enfants et apportez-leur une première aide psychologique

Assurez les enfants que tout sera mis en œuvre pour protéger les gens qui sont directement touchés par la crise ou la catastrophe. Profitez de cette occasion pour leur dire également que votre principal souhait est de les protéger en cas de crise ou de catastrophe. Assurez-les que la sécurité des enfants, filles ou garçons, est pour vous une priorité.

4. Observez-les attentivement: suivez les changements de comportement frappants

Les parents devraient observer attentivement des changements frappants dans le comportement de leurs enfants – p. ex. des troubles du sommeil ou de l’alimentation, des problèmes de concentration, des sautes d’humeur ou des douleurs dont ils se plaignent. Ces troubles devraient se calmer rapidement. Mais s’ils persistent plus longtemps, nous vous recommandons de demander de l’aide et des conseils à un spécialiste. C’est le cas, en particulier, si un enfant a perdu une personne qui lui était chère durant la catastrophe. L’aide ne devrait pas seulement s’adresser à lui, mais à toute la famille. Car, d’autres enfants d’une même famille peuvent avoir été perturbés par des images ou des reportages. Dans ce cas, les conseils d’un spécialiste peuvent avoir un effet préventif.

5. Prévoyez l’imprévisible

Chaque enfant perçoit différemment les événements dans des situations de crise ou de catastrophe, car chacun développe ses aptitudes physiques, mentales et émotionnelles à son rythme. Les réactions des plus jeunes dépendent fortement de la façon dont leurs parents ou d’autres adultes interprètent ces événements, tandis que les plus âgés et les adolescents tirent leur information de différents médias. Néanmoins, toutes ces informations ne sont pas fiables. Les parents, les professeurs et les éducateurs doivent donc tenir compte du fait que des jeunes peuvent être fortement touchés par des informations qui, en définitive, s’avèrent fausses. Bien que les adolescents aient plus de ressources qu’on ne le pense pour surmonter des crises ou des catastrophes, ils ont eux aussi besoin de notre attention, de notre disponibilité, de notre compréhension et de notre aide.

6. Consacrez plus de temps et soyez plus attentifs à vos enfants

Les enfants ont besoin d’être étroitement suivis, afin de se sentir en confiance et en sécurité. Parlez et jouez avec eux. Mais le plus important, c’est de les écouter! Il faut absolument que vous trouviez du temps pour accomplir certaines activités avec eux, quel que soit leur âge. Pour que les plus jeunes s’endorment plus facilement, lisez-leur des histoires le soir ou chantez-leur des berceuses.

7. Soyez un modèle pour eux

Les enfants apprennent à gérer une situation de crise ou de catastrophe en suivant l’exemple des adultes. Selon l’âge et le niveau de développement de chaque enfant, parlez-lui de vos propres sentiments. Expliquez ce que vous ressentez de manière posée et circonspecte.

8. Faites attention à votre propre comportement

Montrez à vos enfants que vous éprouvez de la compassion pour les personnes concernées par la catastrophe. Vous les amènerez ainsi à comprendre combien il est important d’aider les autres.

9. Retrouvez une vie normale

Une action clairement axée sur les objectifs et des activités communes sont bénéfiques pour les enfants. Assurez-vous donc que l’environnement scolaire de votre enfant ne prévoit pas de consacrer un temps exagéré à discuter de la catastrophe, mais que la vie quotidienne reprenne son cours.

10. Encouragez les enfants à aider

Aider les autres peut contribuer à donner aux enfants un sentiment de contrôle, de sécurité et leur apprendre à se mettre dans la peau des personnes concernées. Lorsque l’on est en présence d’une situation de crise aiguë, des jeunes et des adultes peuvent même susciter des changements positifs. Encouragez vos enfants à soutenir des activités d’aide locales en faveur d’enfants défavorisés.